logoIAP
drapeau

PLANCK LIVRE SES MESURES DE LA POLARISATION DU RAYONNEMENT DE FOND COSMOLOGIQUE

Après les premières annonces réalisées en décembre lors d'un colloque à Ferrare (Italie) et lors du 30ème colloque de l'IAP, la collaboration du projet Planck vient de livrer à la communauté ses derniers résultats sous la forme de données et de cartes du ciel, accompagnées d'articles qui décrivent ces données et leurs analyses afin d'extraire de nouvelles contraintes sur les propriétés de notre Univers. En particulier, les mesures de la polarisation du ciel dans le domaine des micro-ondes ont apporté une confirmation indépendante de la validité du modèle cosmologique « mininal » (le plus simple) et permis d'améliorer la détermination du contenu de notre Univers, ainsi que de préciser l'époque de la naissance des premières étoiles, ou encore de mieux mesurer le champ magnétique de notre galaxie.

Associé à la nouvelle livraison de Planck, le résultat de l'analyse conjointe des mesures de Planck et de Bicep2/Keck a aussi été dévoilé. En combinant les données des télescopes antarctiques Bicep2/Keck avec les données polarisées à hautes fréquences de l'instrument HFI de Planck, les chercheurs ont pu poser une nouvelle contrainte sur l'intensité des éventuelles ondes gravitationnelles primordiales. Cela a permis d'effectuer une mesure directe de la polarisation B du rayonnement de fond engendré par la modification du trajet des photons dans les puits de potentiels gravitationnels des grandes structures de l'Univers, l'effet de lentille gravitationnelle. Ces résultats confirment les résultats précédents de Planck seul, qui pouvaient laisser craindre que le signal détecté par l'expérience Bicep2 ait été principalement d'origine galactique, et non la trace des processus physiques à l'ouvre durant les premiers instants de l'Univers.

L'Institut d'astrophysique de Paris (IAP) a un rôle clef dans la collaboration Planck. Il abrite en effet le centre de traitement des données de l'instrument HFI de Planck, ainsi que la machine de calcul de référence pour la réduction des données de HFI et la construction des cartes du ciel dans le domaine des micro-ondes. Les chercheurs et ingénieurs de l'IAP sont impliqués dans de nombreuses étapes de cette réduction de données, participant entre autres à l'amélioration du traitement des cartes polarisées, ou encore à la préparation des simulations indispensables pour tester les algorithmes et caractériser la qualité des résultats. Les chercheurs de l'IAP occupent aussi des rôles de pilotage concernant certains des résultats présentés par la collaboration Planck aujourd'hui, dont i) la détermination des spectres de puissance du rayonnement de fond et la robustesse des paramètres cosmologiques mesurés ; ou encore ii) la mesure des écarts à une distribution gaussienne des fluctuations. Enfin, les chercheurs de l'IAP ont joué un rôle important dans la construction de la carte du rayonnement fossile corrigée des avant-plans astrophysiques, un des résultats clef de l'expérience.

Liens
- Le communiqué de presse CNRS des nouveaux résultats : http://www2.cnrs.fr/presse/communique/3901.htm

- Le communiqué de presse CNRS de l'analyse jointe Planck-Bicep2/Keck : http://www.insu.cnrs.fr/node/5177

- Planck sur Facebook

- Planck sur Tweeter

- La page publique de la mission Planck-HFI

© ESA - Collaboration Planck - É. Hivon - CNRS


Polarisation du rayonnement cosmologique de fond (détail) © ESA - Collaboration Planck - É. Hivon - CNRS


Février 2015

Institut d'Astrophysique de Paris - 98 bis boulevard Arago - 75014 Paris